Famille Issoko

Maxime Issoko et ses deux frères ont hérité du métier de forgeron de leur père. Ils sont spécialisés dans la fabrication du masque Bwiti, un reliquaire des peuples Kota, remarquable car il est plaqué en cuivre. Ils sculptent également le Mousélé et d’autres couteaux cérémoniels traditionnels ainsi que des têtes de sagaie.

 

Né en 1975, Maxime est originaire du village Zokota, à 42km de Mekambo. Il travaille à Makokou, capitale de la province de l’Ogooué-Ivindo. « Quand j’étais enfant, je restais à côté de mon père quand il travaillait. C’est lui qui m’a enseigné comment chauffer et donner sa forme au métal. Il gagnait sa vie ainsi et nous a encouragé à faire de même. C’est la tradition dans notre famille. »

 

Maxime a commencé à façonner ses propres masques lorsqu’il avait 15 ans. Il estime en avoir vendu plus de 1 000. « Je vends aux touristes, aux forestiers, aux fonctionnaires du gouvernement et à tous ceux qui vivent à Makokou. Mes frères et moi sommes les seuls à ma connaissance à fabriquer le Bwiti. C’est naturel, c’est le symbole de notre peuple.

 

Gabon Boutique offre un nouveau marché pour les produits de la Famille Issoko. Pour Maxime, ce partenariat est bienvenu. « Plus il y a de commandes, mieux c’est ! Je cherche toujours du travail. Mais je reviens invariablement à la sculpture. C’est forgé en moi. »